Aller au contenu
 
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section ministère

Communiqué de presse

Le gouvernement du Québec dévoile son plan pour la gestion durable de l’amiante et des résidus miniers amiantés

Thetford Mines, le 16 juin 2022. – Le gouvernement du Québec rend public ce jeudi son plan d’action 2022-2025 intitulé « Amiante et résidus miniers amiantés au Québec : vers la transformation d’un passif en un actif durable ». S’appuyant sur les recommandations faites par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) dans son rapport publié en juillet 2020, Québec propose de s’attaquer au passif lié à l’amiante en déposant un plan qui considère à la fois les volets sanitaire, social et environnemental de la problématique, et qui prévoit la création d’actifs à partir des résidus miniers amiantés. Une somme de 38,5 M$ sera investie pour financer les mesures de ce plan d’action. La mise en œuvre de ce plan sera de la responsabilité d’un comité interministériel coordonné par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).
 
Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette, en a fait l’annonce aujourd’hui à Thetford Mines. Il se trouvait en compagnie de la députée de Lotbinière-Frontenac et adjointe parlementaire du ministre de la Sécurité publique, Mme Isabelle Lecours, et du député de Richmond, M. André Bachand.
 
S’attaquer au passif lié à l’amiante
En s’attaquant au passif lié à l’amiante, le gouvernement s’emploiera :
  • à rechercher des solutions aux enjeux liés à la présence d’amiante dans certains bâtiments et sur certaines routes;
  • à harmoniser ses lois et règlements qui visent l’amiante;
  • à confier à des spécialistes le soin de parfaire les connaissances relatives à l’amiante et aux résidus miniers amiantés et de développer un savoir-faire qui aidera, entre autres, à bien encadrer les activités à venir impliquant la manipulation et la valorisation des résidus miniers amiantés.
Dans cette perspective, l’une des mesures phares du plan d’action est la création d’un Observatoire national de l’amiante. Cet organisme indépendant, qui aura pignon sur rue à Thetford Mines, coordonnera les recherches sur toutes les questions relatives aux impacts de la manipulation de résidus miniers amiantés sur la qualité de l’air, sur l’environnement, sur la santé des populations et des travailleurs ainsi que sur la qualité de vie des communautés.
 
Créer des actifs à partir des résidus miniers amiantés
Le BAPE a reconnu l’énorme potentiel économique des haldes, compte tenu, entre autres, de leur forte teneur en magnésium et en d’autres métaux, et il a exprimé un avis favorable à l’égard de leur mise en valeur. Pour tirer profit de cet actif potentiel, pour créer de la richesse et pour stimuler le développement économique des régions amiantifères, le gouvernement du Québec investira spécifiquement 15,8 M$ sur trois ans dans des projets de valorisation des résidus miniers amiantés. Dans ses interventions, il veillera à préserver l’équilibre entre la santé, l’environnement et l’économie en offrant aux promoteurs des outils qui leur permettront de considérer ces enjeux. 
 
Ainsi, le gouvernement du Québec s’engage, sur un horizon préliminaire de trois ans : 
  • à accompagner les promoteurs de projets de valorisation des résidus miniers amiantés; 
  • à mener un projet pilote de restauration d’un ancien site minier d’amiante; 
  • à lancer un appel de projets visant la valorisation des résidus miniers amiantés et à financer des études de faisabilité; 
  • à soutenir la remédiation de terrains stratégiques, c’est-à-dire leur décontamination, leur réaménagement, leur revalorisation ou leur mise à niveau. 
En sus de ces mesures, le gouvernement du Québec mettra à contribution deux outils existants, soit le programme ESSOR et le Plan québécois pour la valorisation des minéraux critiques et stratégiques 2020-2025. Des sommes y sont également disponibles.
 
Citations : 
 
« Je suis confiant que ce plan d’action concerté que nous lançons aujourd’hui permettra au Québec de s’attaquer avec détermination à une problématique délicate qui concerne non seulement les régions qui ont produit de l’amiante, mais tout le Québec. Je suis fier de ce que j’ai pu établir avec mes collègues ministres, en particulier MM. Christian Dubé, Jonatan Julien et Pierre Fitzgibbon, pour relever ce défi de transformation durable et sécuritaire. Je les remercie chaleureusement de leur collaboration dans ce dossier. Grâce à ce plan, les acteurs concernés pourront désormais, aux côtés du gouvernement, élaborer un cadre de valorisation des résidus miniers amiantés qui sera avantageux pour l’environnement et respectueux de la santé et de la sécurité des populations et des travailleurs. »
 
Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval  
 
« C’est un dossier majeur pour moi puisque la présence d’amiante et de résidus miniers amiantés constitue un enjeu important dans la région. J’ai travaillé sans relâche durant mon mandat afin d’en arriver au dévoilement de ce plan. La présence de l’Observatoire national de l’amiante à Thetford Mines est une reconnaissance pour le milieu, et je suis heureuse que l’expertise de nos scientifiques y soit mise à contribution. Je tiens d’ailleurs à remercier mon collègue Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ainsi que son équipe, pour le travail colossal effectué pour donner à la région un nouvel élan de développement économique et social fondé sur ses propres ressources. »
 
Isabelle Lecours, députée de Lotbinière-Frontenac et adjointe parlementaire de la ministre de la Sécurité publique
 
« La fermeture de la dernière mine d’amiante au Québec en 2012, ainsi que les diverses interdictions et restrictions législatives et réglementaires établies au Québec et au Canada relativement à l’amiante pour protéger la santé des populations et des travailleurs, n’ont pas pour autant éliminé la présence de cette matière dans notre environnement, notamment à Val-des-Sources. Il fallait trouver une façon de transformer ce passif en actif, et ce, en tenant compte des aspects économique, sanitaire, social et environnemental de la problématique. Je suis persuadé que ce plan d’action nous permettra d’avancer durablement vers cet objectif louable. »
 
André Bachand, député de Richmond
 
Faits saillants :
  • Pour se donner un éclairage actualisé de la situation, le ministre Benoit Charette confiait au BAPE, en septembre 2019, le mandat de produire un état des lieux sur la gestion de l’amiante et des résidus amiantés au Québec et de formuler des recommandations pour les valoriser ou en disposer tout en protégeant la santé humaine et l’environnement.
  • On estime que les haldes, avec leurs 800 millions de tonnes de résidus miniers amiantés, contiendraient des millions de tonnes de magnésium, de silice, de nickel et de plusieurs autres minéraux dont la valorisation offre un potentiel économique. De surcroît, le magnésium est reconnu par les pays de l’Union européenne, par les États-Unis et par le Québec comme un minéral critique et stratégique, une substance essentielle pour des secteurs clés de l'économie, qui présente un risque élevé en matière d'approvisionnement, qui n'a pas de substitut disponible commercialement ou qui est nécessaire à la mise en œuvre des politiques gouvernementales.
  • Une table de concertation régions-entreprises-gouvernement sera créée. Une place particulière sera réservée à des représentants des communautés autochtones touchées par les questions relatives à l’amiante.
  • Sept ministères et organismes gouvernementaux ont travaillé avec le MELCC à la conception du plan d’action. Il s’agit du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, du ministère de l’Économie et de l’Innovation, du ministère de la Santé et des Services sociaux, du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, du ministère des Transports, de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail ainsi que de la Société québécoise des infrastructures
Lien connexe :
 
Pour prendre connaissance du document « Plan d’action 2022-2025 – Amiante et résidus miniers amiantés au Québec : vers la transformation d’un passif en un actif durable » :
www.environnement.gouv.qc.ca/communiques/2022/plan-action-amiante-2022-2025.pdf
 
– 30 –

SOURCES :

Rosalie Tremblay-Cloutier  
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement  
et de la Lutte contre les changements
climatiques, ministre responsable
de la Lutte contre le racisme
et ministre responsable de la région de Laval
Tél. : 438 777-3777
 
Karine Soares
Attachée politique
responsable des communications
Bureau de circonscription
de la députée de Lotbinière-Frontenac
Tél. : 418 332-3444, poste 84163
 
Dominique Samson-Desrochers
Directrice de bureau
et conseillère politique
Bureau du comté de Richmond
Tél. : 819 879-1104

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère de l’Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991
 

 

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile