Les aventures de Rafale

Un trésor à préserver | Un univers marin unique au monde | Un réseau en harmonie | Jeu : la chaîne alimentaire du Saint-Laurent
Les activités humaines et leurs impacts sur l’écosystème | Les aires marines protégées : une solution à privilégier
| Pour en apprendre davantage

La chaîne de la vie : un réseau en harmonie

Une fois nos bagages à l’hôtel, tante Mélodie et moi sommes partis vers la côte. Il paraît qu’il y a là des océanographes qui font des recherches.

Rafale Tante Mélodie, que font ces gens au juste?

Mélodie Ils recueillent des spécimens de phytoplancton.

RafaleDes quoi?

Mélodie Des algues planctoniques, qu’on appelle aussi « phytoplancton ».

RafaleMoi, je ne vois que de l’eau dans leurs contenants.

MélodieTu sais, Rafale, la vie ne s’arrête pas à ce que tu peux observer à l’œil nu. Le phytoplancton est une algue minuscule considérée comme la plus petite forme de plante sur terre. Il est constitué d’une seule cellule, ce qui fait qu’il est difficile à voir sans microscope. Cependant, dans les endroits où il est en abondance, l’eau prend une couleur verdâtre à cause de la chlorophylle qu’il contient. Comme toutes les autres plantes vertes, le phytoplancton a besoin de soleil pour vivre et pour produire la photosynthèse. C’est pourquoi il se retrouve dans la couche d’eau de surface où la lumière peut l’atteindre. Il n’est donc pas fixé au fond, puisqu’il n’a pas d’organe lui permettant de l’être, et il flotte au gré des courants qui le transportent.

RafaleJ’avoue que cette algue est spéciale, mais pourquoi s’intéresse-t-on autant à une si petite plante?

MélodieSi petite soit-elle, cette algue est la base même de la chaîne alimentaire marine. Son existence et sa survie ont une incidence sur tous les organismes du golfe du Saint-Laurent, du tout petit zooplancton au plus gros des poissons. Même les mammifères marins et les oiseaux en dépendent!

RafaleMais tante Mélodie! Peux-tu m’expliquer ce qu’est la chaîne alimentaire?

MélodieC’est une chaîne où chaque élément a son importance. En fait, toute espèce se nourrit d’une autre espèce végétale ou animale plus petite qu’elle. Ainsi, les végétaux sont mangés par les herbivores, qui sont mangés par des carnivores, qui à leur tour servent de nourriture à de plus grands carnivores. Pour être plus précise, les herbivores se nourrissent de plantes, de fruits et de légumes, tandis que les carnivores mangent de la viande, c’est-à-dire d’autres animaux. Il existe aussi des omnivores qui, eux, mangent à la fois des végétaux et des animaux, puis des insectivores qui se nourrissent d’insectes.

RafaleOuf! Et nous, les humains, où sommes-nous là-dedans?

MélodieLes humains, qui sont pour la plupart des omnivores, sont au sommet de la chaîne alimentaire.

RafaleOn est sauf, alors!

MélodieOui, on peut dire cela, mais l’humain doit faire attention de ne pas perturber l’harmonie de ce réseau. Dans la nature, cette chaîne permet un certain équilibre entre les espèces, en contrôlant leur taux de reproduction et de mortalité. Par exemple, s’il n’y avait pas de carnivores, les herbivores finiraient par être trop nombreux et cela entraînerait un manque de végétaux. Privés de nourriture, les herbivores disparaîtraient à leur tour.

RafaleComment les humains peuvent-ils perturber cette harmonie?

MélodieDe plusieurs façons. Par exemple, s’ils surconsomment certaines espèces, ils les mettent en danger et dérangent le fragile équilibre de la chaîne alimentaire. La disparition d’une espèce cause souvent la perte d’une autre qui dépendait d’elle pour se nourrir, et cela peut entraîner une réaction en chaîne.

RafaleMais il faut faire quelque chose pour empêcher cela!

MélodieQuelques mesures sont déjà prises. Par exemple, on interdit la chasse ou la pêche de certaines espèces pour leur laisser le temps de se repeupler. Toutefois, le plus important est de toujours rester vigilant pour ne pas surconsommer les espèces prisées pour la consommation humaine.

RafaleJe comprends! Maintenant, tante Mélodie, parle-moi de la chaîne alimentaire propre au golfe du Saint-Laurent.

MélodieD’accord, mais je dois commencer par te parler des différentes espèces qui la composent.

RafaleOK! Parfait!

MélodieD’abord, je dois te dire que les spécialistes ont divisé les organismes qui vivent dans le golfe du Saint-Laurent en sept catégories différentes. Il y a les macrophytes, le plancton, la communauté benthique, les reptiles, les poissons, les oiseaux et les mammifères marins.

RafaleUn macrophyte! Mais qu’est-ce que c’est!

MélodieLes macrophytes sont des végétaux qui servent surtout d’abris aux petits organismes marins. Il en existe deux sortes : les macroalgues et les plantes vasculaires marines. Les macroalgues, qui sont brunes, vertes ou rouges, n’ont pas de racines et elles flottent dans l’eau en se laissant porter par les courants. En plus de protéger les petits organismes contre les prédateurs et les trop forts rayons du soleil, elles sont une source de nourriture pour les petites espèces marines comme l’oursin. Quant aux plantes vasculaires marines, aussi appelées « herbes marines », elles ont des racines et elles contribuent à empêcher le sol de s’éroder et de se dégrader. En plus de fournir un abri et de la nourriture aux petites espèces, elles améliorent la qualité de l’eau et elles sont une source de carbone, un gaz nécessaire à la survie de la faune et de la flore marines.

RafaleCes végétaux sont vraiment utiles!

MélodieOui, en effet!

RafaleEt le plancton, lui! J’imagine que le phytoplancton appartient à cette catégorie.

MélodieTu as tout à fait raison, Rafale! Le phytoplancton fait partie de la catégorie du plancton, mais il n’est pas le seul. Les spécialistes dénombrent environ 500 espèces différentes dans ce groupe!

RafaleGéant!

MélodieOui! Mais les deux sous-groupes les plus importants sont le phytoplancton et le zooplancton. Le phytoplancton est l’ensemble végétal du plancton, tandis que le zooplancton est son ensemble animal. Minuscules, les deux espèces flottent dans l’eau et se déplacent au gré des courants, mais le phytoplancton sert de nourriture au zooplancton. Enfin, il existe différentes sortes de zooplanctons, mais les plus connus sont les copépodes, le krill et les protozoaires.

RafaleIncroyable! Je n’aurais jamais pensé que des animaux aussi petits pouvaient exister! La communauté benthique est-elle petite aussi?

Mélodie Oui et non! En fait, même si elle regroupe aussi de très petits organismes, la plupart d’entre eux sont plus facilement visibles à l’œil nu.

RafaleDonc, cette communauté rassemble plusieurs sortes d’espèces marines.

MélodieOui! De toutes les catégories, c’est la communauté benthique qui est la plus nombreuse. Dans le golfe du Saint-Laurent, le nombre d’espèces qui en fait partie est estimé à 3 000 et les scientifiques en découvrent sans cesse de nouvelles!

Rafale3 000! C’est énorme!

MélodieOui, effectivement! Et cette communauté, qui représente un éventail d’organismes qui vivent dans les fonds marins, est aussi divisée en sous-catégories. Il y en a trois principales : celle du macrobenthos, celle des macroinvertébrés et celle de la microfaune et de la méiofaune.

RafaleJe n’avais jamais entendu ces noms auparavant. Ils sont bizarres!

MélodieTu as bien raison, mais ces catégories regroupent des espèces qui ont des noms qui te seront sûrement plus familiers! Le groupe du macrobenthos, par exemple, est composé de crustacés, comme le homard, le crabe et la crevette. Il est aussi composé de mollusques, comme l’huître et la moule, et d’échinodermes, comme l’étoile de mer.

Crabe commun

Crabe commun

Tammy Bellefleur, © Le Québec en images, CCDMD

 

Étoile de mer commune

Étoile de mer commune

Source : © Rodolph Balej

La classe des macroinvertébrés, elle, est formée en majorité d’annélides, c’est-à-dire de vers marins, mais elle se compose aussi d’éponges et de cnidaires, comme les coraux et les anémones, ainsi que d’autres petits animaux, comme les vers plats.

Enfin, la sous-catégorie regroupant la microfaune et la méiofaune est constituée de microcrustacés, c’est-à-dire de petits organismes qui aident à recycler les nutriments en mangeant les excréments des autres animaux marins.

Anémone plumeuse (blanche)
(aussi appelée « œillet de mer »)

Anémone plumeuse (blanche)

Source : Image modifiée,© Rodolph Balej

RafalePeuh!

MélodieC’est vrai que, dit ainsi, ça peut sembler un peu dégoûtant! Mais ce recyclage des nutriments est nécessaire au bon fonctionnement de l’écosystème marin. J’ai oublié de te le mentionner plus tôt lorsque je te parlais des herbivores et des carnivores, mais il existe aussi une autre espèce d’animaux : les détritivores. Ceux-ci se nourrissent de matières organiques en décomposition. Les petits organismes de la microfaune et de la méiofaune font partie de cette catégorie.

Rafale J’imagine que, de cette manière, il n’y a pas de gaspillage!

MélodieTu as tout compris!

RafaleMaintenant, dis-moi, les reptiles, eux, sont-ils nombreux? Est-ce que je pourrais rencontrer un crocodile?

MélodieHa! Ha! Ha! Non, Rafale! Je suis désolée de te décevoir, mais il n’y pas de crocodiles dans le golfe du Saint-Laurent. Le seul reptile que l’on peut y voir est la tortue luth. Selon les spécialistes, elle viendrait s’y installer durant l’été, parce qu’elle y retrouve son aliment préféré : la méduse!

RafaleTant mieux alors! J’aime mieux me retrouver face à face avec une tortue qu’avec un crocodile!

MélodieJe te comprends! Moi aussi! Malheureusement, étant donné que cette tortue est considérée comme étant en voie de disparition, nos chances de la voir sont plutôt minces.

Rafale Ah non! Pourquoi n’arrête-t-on pas de la chasser, alors?

MélodieLe problème, ce n’est pas qu’elle soit chassée. Ce qui la met en danger, ce sont les filets de pêche et les déchets qui flottent sur l’eau. La pauvre finit souvent par se noyer lorsqu’elle se prend dans ces cordages et par s’étouffer lorsqu’elle confond ces déchets avec sa nourriture.

RafaleC’est vraiment trop triste! Il faut faire quelque chose pour la sauver!

MélodieIl y a des moyens qui seraient certainement efficaces. Je t’en reparlerai tantôt, mais d’abord, je voudrais finir de t’énumérer les espèces qui vivent dans le Saint-Laurent.

RafaleOK, d’accord! Quelle est la prochaine espèce?

MélodieLa prochaine, c’est la grande famille des poissons!

RafaleIl doit y en avoir beaucoup!

MélodieOui! C’est pourquoi je ne t’énumérerai que les espèces les plus importantes.

Rafale Ça me va!

Mélodie D'abord, tu dois savoir que les différentes espèces de poissons de mer qui vivent dans le golfe du Saint-Laurent se divisent en deux principales catégories suivant leur habitat. Il y a les poissons de fond, qui vivent bien évidemment dans le fond, puis les poissons pélagiques qui, eux, restent plus près de la surface. Les espèces de poissons de fond pêchées qui sont les plus connues sont le flétan noir, la merluche blanche, la morue, la plie canadienne, la plie grise et le sébaste. Quant aux espèces de poissons pélagiques les plus populaires, il s’agit du capelan, du hareng, du maquereau, du thon rouge et du requin. Selon les experts, environ deux tiers des poissons de mer seraient des poissons de fond.

Rafale Vraiment? Il y a des requins dans le Saint-Laurent!

MélodieOui, mais ne t’en fais pas, ceux-là sont petits et n’attaquent pas les humains!

Rafale Ouf! Une chance!

MélodieMaintenant, laisse-moi te parler d’une autre catégorie d’animaux qui fréquentent le golfe : les oiseaux marins!

RafaleAh bon! Il y a des oiseaux qui vivent dans l’eau?

MélodiePas exactement! Les oiseaux ne vivent pas dans l’eau comme les poissons, mais ils s’y nourrissent et quelques-uns s’y reposent en se laissant flotter à la surface. Tu sais, comme toi lorsque tu vas à la piscine!

RafaleHa! Ha! Ha! Oui! Je vois!

MélodieDans cette catégorie, il existe aussi plusieurs espèces et celles-ci se divisent en quatre sous-groupes : les oiseaux côtiers, les oiseaux extracôtiers, la sauvagine et les oiseaux de rivage.

RafaleQu’est-ce qui les différencie?

MélodieLes oiseaux côtiers, comme les cormorans, les goélands et les fous de Bassan, dénichent leur nourriture dans les fonds marins ou dans les milieux côtiers, là où l’eau est peu profonde. Ils ne dorment pas sur l’eau et retournent sur le sol pour la nuit.

Grands cormorans

Grands cormorans

Source : © Rodolph Balej

Fou de Bassan

Fou de Bassan

Source : © Rodolph Balej

Pour leur part, les oiseaux extracôtiers, aussi appelés « oiseaux pélagiques », restent très longtemps en haute mer, ce qui fait qu’ils s’y nourrissent et qu’ils y dorment. Le seul moment où ils retournent sur terre est celui où ils se reproduisent. Les macareux, les petits pingouins et les pétrels font partie de ce sous-groupe.

Macareux moine

Macareux moine

Source : © Nelson Boisvert

Dans la classe de la sauvagine, qui regroupe l’ensemble des oiseaux sauvages, 18 espèces différentes fréquentent le golfe. Trois des plus connues sont les bernaches du Canada, les eiders et les macreuses.

Bernaches du Canada

Bernaches du Canada

Source : © Rodolph Balej

Finalement, le groupe des oiseaux de rivage, lui, est formé d’oiseaux migrateurs. Ceux-ci font escale dans le golfe pour se ravitailler pendant leur voyage migratoire de l’Arctique à l’Amérique du Sud. Cet arrêt dure habituellement de juillet à septembre. Même si la plupart de ces oiseaux ne restent que peu de temps dans le golfe du Saint-Laurent, certains font leur nid aux alentours. Le bécasseau variable fait partie de cette catégorie.

Bécasseau variable

Bécasseau variable

Source : © Rodolph Balej

RafaleÇa en fait, des espèces qui habitent le golfe!

MélodieÇa en fait Oui, et il reste encore une dernière catégorie : celle des mammifères marins.

RafaleEst-ce que c’est la catégorie des baleines?

MélodieTu as deviné! En fait, la catégorie des mammifères marins comprend deux groupes : les baleines et les phoques!

RafaleVraiment? Il y a aussi des phoques dans le golfe du Saint-Laurent!

MélodieEh oui! Au total, quatre espèces de phoques fréquentent habituellement le golfe du Saint-Laurent. Deux sont des espèces migratrices, c’est-à-dire qu’elles viennent passer un certain temps dans le golfe, mais qu’elles n’y restent pas toute l’année. Il s’agit du phoque du Groenland et du phoque à crète. Les deux autres, le phoque commun et le phoque gris, habitent le golfe à l’année. Enfin, il arrive que l’on voie à l’occasion des phoques barbus et des phoques annelés.

Phoque commun

Phoque commun

Source : © Rodolph Balej

RafaleEt les baleines?

MélodieCinq espèces de baleines à fanons et huit espèces de baleines à dents visitent le golfe du Saint-Laurent. Les baleines à fanons sont la baleine noire de l’Atlantique Nord, le petit rorqual, le rorqual à bosse, le rorqual bleu et le rorqual commun. Les baleines à dents, qui sont carnivores, sont la baleine à bec commune, le béluga, le dauphin à flancs blancs, le dauphin à nez blanc, le globicéphale, le grand cachalot, le marsouin commun et l’orque. Toutefois, seul le béluga habite le golfe toute l’année.

 

Rorqual à bosse

Rorqual à bosse

Source : © Rodolph Balej

RafaleIl y en a qui sont carnivores!

MélodieOui, mais ne t’en fais pas! Ces animaux ne sont pas considérés comme dangereux pour l’homme; ils ne mangent que du poisson, du calmar et des crevettes. Certaines baleines, comme le rorqual bleu, s’alimente presque uniquement de krill, une sorte de zooplancton.

RafaleOuf! Une chance! Alors, eux, où sont-ils dans la chaîne alimentaire? Dis-moi, tante Mélodie, comment ça fonctionne dans le Saint-Laurent?

MélodieComme je te l’ai déjà dit, le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire. Il sert surtout de nourriture au zooplancton, mais quelques organismes de la communauté benthique s’en nourrissent également. Après, le zooplancton devient à son tour le principal aliment de petits poissons proies comme le capelan, le hareng et le maquereau. Ces derniers servent ensuite de nourriture aux plus gros poissons comme la morue et le sébaste, ainsi qu’aux oiseaux et aux mammifères marins, qui sont au sommet de la chaîne alimentaire. Les mollusques, crustacés et autres organismes de la communauté benthique, ainsi que le zooplancton, peuvent aussi servir de nourriture aux animaux du haut de la chaîne.

RafaleComme le rorqual bleu qui ne mange pratiquement que du krill?

MélodieOui, tu as tout compris!

RafaleC’est fascinant! Tout semble réglé pour être en harmonie.

MélodieOui! C’est pourquoi l’humain doit faire attention de ne pas briser ce fragile équilibre avec ses diverses activités et son mode de vie.



 
À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile