Les aventures de Rafale

L’importance des savoirs traditionnels

RafaleC’est génial! Louis s’est ajouté à mes contacts de conversation en direct sur Internet. Je vais pouvoir lui poser un tas de questions! Fyto est très content, il ne sait pas ce que sont les savoirs traditionnels.

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Salut Rafale, c’est moi Louis, l’ami de Loulou.

RafaleRafale_le_curieux : Bonjour Louis! C’est très aimable à vous de prendre le temps de me parler. Mon ami Fyto et moi ne savons rien des savoirs traditionnels. Aidez-nous un peu s’il vous plaît!

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Vous serez surpris de constater que vous en connaissez plus que vous l’imaginez. Vous saviez que les peuples autochtones du Canada vivaient ici avant même que les Européens ne découvrent le pays? Eh bien, imaginez-vous que mes ancêtres étaient très près de la nature et qu’ils ont acquis énormément de trucs qui leur permettaient d’être en accord avec elle.

RafaleRafale_le_curieux : Je crois que je commence à comprendre… ils ont appris aux Français comment fonctionnait la nature?

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Oui. Mais, ce n’est pas si simple, car, au départ, mes ancêtres se méfiaient d’eux. Avec le temps, ils ont échangé quelques connaissances. Mes ancêtres ont même aidé les Français à se guérir du scorbut, une maladie très grave qui est due au manque de vitamine C dans le corps. Les Français ont donc adopté les habitudes alimentaires de mes ancêtres afin de réduire leurs risques d’attraper la maladie.

RafaleRafale_le_curieux : Le savoir des autochtones a donc permis aux nouveaux arrivants de survivre! Et maintenant qu’on connaît les bienfaits des ressources génétiques, comment ce savoir se partage-t-il?

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Plusieurs pays participent au partage des savoirs sur les ressources génétiques. Ainsi, des chercheurs qui découvriraient une plante aux propriétés médicinales dans un pays d’Afrique pourraient verser à ce pays une partie équitable des profits générés par la vente des produits issus de la plante miraculeuse. De leur côté, les peuples autochtones ou indigènes de ce pays, qui connaissent bien la plante en question, ont peut-être des savoirs à partager : comment se reproduit-elle? dans quelle sorte de terre doit-on la cultiver? est-elle comestible? a-t-elle des caractéristiques particulières? Les savoirs traditionnels sont importants puisqu’ils facilitent le processus de découverte des avantages à tirer d’une ressource génétique. Il faut donc faciliter l’accès et la mise en valeur des ressources génétiques et des savoirs traditionnels, tout en favorisant un partage équitable des avantages qui peuvent en résulter. Cela s’appelle l’APA (l’Accès aux ressources génétiques et le Partage des Avantages résultant de leur utilisation).

RafaleRafale_le_curieux : Donc, toutes les étapes, de la découverte d’une ressource génétique jusqu’à sa distribution dans le monde, devraient être équitables.

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Exactement. Savais-tu que nous ne connaissons pas encore toutes les possibilités que nous offrent les plantes? Même que peu de gens savent que la plupart de nos médicaments proviennent de plantes médicinales. Chez moi, je cultive des herbes et des épices qui ont des propriétés apaisantes. J’en prends avant de me coucher, et cela m’aide à mieux dormir.

RafaleRafale_le_curieux : Génial! Je ne savais pas que les ressources génétiques pouvaient nous aider à améliorer une chose aussi simple que dormir!

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Tu sais, j’ai appris à interpréter la nature afin de découvrir comment elle peut m’être utile. Pour la remercier, je suis respectueux de ce qu’elle me donne et je prends soin d’elle. Voici une photo des plantes et épices utilisées par la médecine traditionnelle.

Plantes et épices utilisées par la médecine traditionnelle.

Le Québec en images © Musée Shaputuan

RafaleRafale_le_curieux : Tu as appris à respecter la nature grâce à tes ancêtres?

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Ils m’ont communiqué beaucoup de leurs savoirs. C’est une tradition dans ma famille de cultiver les herbes et les épices. Mais je sais aussi que tout n’est pas parfait. Parfois, l’humain oublie que les ressources de la planète ne sont pas éternelles. Si une espèce est en voie d’extinction, on se doit d’en conserver un échantillon dans une banque de semences. L’homme exerce beaucoup de pressions sur les écosystèmes.

RafaleRafale_le_curieux : C’est vrai! Cette semaine, j’ai vu dans un reportage à la télévision que nous contribuons à diminuer le nombre d’espèces. Avant que les humains ne deviennent des « superconsommateurs », ce n’était que le temps et les catastrophes naturelles qui modifiaient les écosystèmes. Maintenant, les écologistes observent quatre nouveaux phénomènes qui nuisent aux espèces et à la biodiversité :

  • la dégradation des milieux par la pollution et la déforestation;
  • la surexploitation des espèces à cause de la chasse et de la pêche abusives;
  • la multiplication des espèces envahissantes;
  • la disparition d’une espèce clé de la chaîne alimentaire qui a trop été consommée par l’homme.

Vous savez, maintenant que j’ai vu ce reportage, je fais encore plus attention!

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Ce que tu me dis là, c’est aussi une forme de savoir que tu devras transmettre aux gens autour de toi afin qu’ils contribuent eux aussi à la bonne santé de notre planète.

RafaleRafale_le_curieux : C’est bien vrai, tout ça! Merci Louis. Je dois aider Fyto à terminer son projet scolaire.

Louis_L'ÉpiceLouis_l’épice : Ça m’a fait plaisir! Bonne journée!

RafaleFyto et moi sommes rendus à la dernière étape de son projet, et c’est maintenant que je deviens vraiment utile. On doit tout ranger dans le congélateur! Fyto semble très songeur. Je me demande à quoi il pense…


 
À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile