Aller au contenu
 
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section ministère

Communiqué de presse

Québec protègera l’île d’Anticosti en créant une réserve de biodiversité projetée et soutiendra sa candidature à titre de site du patrimoine mondial de l’UNESCO

Port-Menier, le 28 septembre 2020. – Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement du Québec a l’intention de créer la réserve de biodiversité projetée (RBP) d’Anticosti, d’une superficie de plus de 1 651 km2. Cette réserve de biodiversité projetée satisferait notamment à l’exigence de protection que demande l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) pour la reconnaissance de l’île d’Anticosti comme site du patrimoine mondial.

Au cours d’une conférence de presse à laquelle participait à distance le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, M. Jonatan Julien, le ministre Charette a aussi annoncé l’octroi de 1,2 million de dollars à la Municipalité de l’Île-d’Anticosti pour soutenir la candidature de l’île. Le ministre a exprimé au passage sa ferme intention de doter éventuellement Anticosti des ressources financières et humaines suffisantes pour mettre sur pied, puis assurer à long terme, une gestion adéquate du site.

La réserve de biodiversité projetée correspond aux trois projets de réserves annoncées par le gouvernement du Québec en 2018, auxquels s’ajoutent des secteurs non protégés du littoral de l’île ainsi qu’une zone tampon d’une largeur de un kilomètre. Elle ferait passer la superficie terrestre protégée de l’île d’Anticosti de 7,6 % à 28,4 %. La nouvelle aire protégée projetée vise, en premier lieu, la protection de la diversité des fossiles de l’île, mais aussi la protection et la restauration d’écosystèmes représentatifs de sa biodiversité. Elle vient également consolider la protection assurée par les statuts de parc national, d’écosystème forestier exceptionnel, d’habitat faunique et de réserve écologique déjà en vigueur sur l’île.
La population a présentement l’occasion de consulter le plan de conservation de la réserve de biodiversité projetée d’Anticosti, qui fait l’objet d’une prépublication à la Gazette officielle du Québec jusqu’au 31 octobre 2020.
 
Citations :
 
« L’île d’Anticosti est un joyau qu’on se doit de protéger et de mettre en valeur. C’est ce que nous annonçons aujourd’hui, en poursuivant notamment l’objectif d’en faire le troisième site québécois à figurer au patrimoine mondial. L’île d’Anticosti présente depuis longtemps une valeur exceptionnelle, se distinguant par l’abondance, la diversité et l’état de conservation des fossiles présents sur son territoire. C’est à ce titre que nous soutenons sa candidature à l’UNESCO. La réserve de biodiversité projetée assurera la protection des éléments représentatifs des caractéristiques du site. Merci à tous ceux et celles qui, comme les membres de la Table UNESCO Anticosti, s’investissent dans ce projet stimulant de faire rayonner le Québec à l’international et de stimuler l’économie de la région de la Côte-Nord. »

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et ministre responsable de la région de Laval
 
« L’avenir d’Anticosti se trouve, en bonne partie, dans le dossier de sa reconnaissance à titre de site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Abritant le meilleur laboratoire naturel du monde pour l’étude des fossiles et des strates sédimentaires issus de la première extinction de masse du vivant, l’île saura attirer l’attention des touristes. La création de cette réserve de biodiversité projetée permet d’en reconnaître la valeur, et ce, pour les générations actuelles et futures. Le gouvernement du Québec est fier de préserver une partie importante de ce patrimoine géologique de dimension internationale et de soutenir la démarche de la Municipalité de L’Île-d’Anticosti pour le faire reconnaître officiellement. Voilà un autre joyau de la Côte-Nord dont nous devons toutes et tous être fiers. »
 
Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord
 
« Le gouvernement est un précieux partenaire de la Municipalité de L’Île-d’Anticosti dans ce dossier. Les engagements pris aujourd'hui permettront de soumettre le projet d’inscription de l’île d’Anticosti comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO, en concertation avec tous nos partenaires. Ce projet mettra en valeur les attraits exceptionnels de l’île. »

John Pineault, maire de la Municipalité de L’Île-d’Anticosti

« L'implication des Innus dans la planification, la protection et la gestion du Nitassinan et de l’île d’Anticosti fait partie intrinsèque de toute collaboration. Les élues et élus de la région et les chefs innus font la démonstration qu’il est possible de créer des conditions pour offrir à la région un projet ayant une dimension et une portée internationales. J’accueille favorablement les efforts et le leadership du ministre Charette et du maire John Pineault. »

Jean-Charles Piétacho, chef du Conseil des Innus d’Ekuanitshit

« La Première Nation des Innus de Nutashkuan, forte partie prenante de ce projet de reconnaissance de l’île d’Anticosti comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO, accueille l’annonce du ministre Benoit Charette avec plaisir. Ces budgets vont permettre la poursuite d’une démarche collective régionale déjà bien avancée sur ce territoire relevant en partie de notre Nitassinan, territoire de nos pratiques ancestrales. »

Réal Tettaut, chef de la Première Nation des Innus de Nutashkuan

Faits saillants :
 
  • En juin 2018, le gouvernement du Québec annonçait son soutien à la candidature de l’île d’Anticosti en attribuant une subvention de 400 000 $ à la Municipalité de L’Île-d’Anticosti afin qu’elle prépare le dossier de candidature. Deux mois plus tard, il faisait connaître son intention d’agrandir son territoire protégé par la création de trois réserves de biodiversité projetées. Il confirmait par la même occasion que toutes les activités industrielles d’exploitation des ressources naturelles étaient interdites, par entente administrative, sur ces territoires. Plus récemment, l'Assemblée nationale adoptait à l’unanimité une motion afin de réitérer « que l'île d'Anticosti est un joyau naturel dont la valeur du patrimoine géologique et paléontologique est mondialement reconnue et qu’elle demande au gouvernement de s'engager à protéger l'île d'Anticosti, à conserver son caractère naturel exceptionnel et à soutenir sa candidature au patrimoine mondial de l'UNESCO ».
     
  • Le choix de la mesure de protection et la délimitation de la réserve de biodiversité projetée d’Anticosti font l’objet d’un consensus chez les membres de la Table UNESCO Anticosti, qui représentent l’ensemble des parties prenantes.
     
  • Afin de compléter la protection de l’ensemble de l’île d’Anticosti, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques envisage, dans une deuxième phase, la création d’une aire protégée d’utilisation durable, un nouveau statut proposé par le projet de loi modifiant la Loi sur la conservation du patrimoine naturel et d’autres dispositions, déposé à l’Assemblée nationale le 14 novembre 2019 et soumis prochainement à l’adoption. Toutefois, seul le statut de réserve de biodiversité projetée permettrait de respecter l’échéancier de février 2021 pour la désignation de l’île d’Anticosti comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO, en protégeant les secteurs fossilifères les plus représentatifs de l’île.
     
  • L’île d’Anticosti est couverte de forêts. Sa superficie correspond à un peu plus de 8 000 km², soit une fois et demie celle de l'île du Prince-Édouard. Elle s'étend dans l'estuaire du Saint-Laurent à la hauteur de Havre-Saint-Pierre et de Natashquan sur la Côte-Nord, à 600 kilomètres au nord-est de Québec.
     
  • L’île d’Anticosti constitue le meilleur laboratoire naturel du monde pour l’étude des fossiles et des strates sédimentaires issus de la première extinction de masse du vivant. On y trouve le témoignage fossile le plus complet de la vie marine couvrant 15 millions d'années de l'histoire de la Terre, il y a 435 à 450 millions d'années. 
 
Liens connexes :
 
Décret concernant l’autorisation de conférer un statut provisoire de protection à un territoire situé sur l’île d’Anticosti dans la région de la Côte-Nord, à titre de réserve de biodiversité projetée d’Anticosti, de dresser le plan de cette aire et d’établir son plan de conservation (Gazette officielle du Québec, 2 septembre 2020) :
http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=73048.pdf
 
Projet de plan de conservation de la réserve de biodiversité projetée d’Anticosti - Statut provisoire de protection (Gazette officielle du Québec, 16 septembre 2020, présentement en consultation publique) :
http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=2020F%2F73166.PDF
 
- 30 -

SOURCES :

Geneviève Richard
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et
ministre responsable de la région de Laval
Tél. : 418 952-6352

Claude Potvin
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Énergie
et des Ressources naturelles et ministre
responsable de la région de la Côte-Nord
Tél. : 418 928-9921
Municipalité de L’Île-d’Anticosti
Tél. : 514 797-7986

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère de l’Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile