Aller au contenu
 
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

La châtaigne d’eau (Trapa natans)


La châtaigne d’eau est une plante aquatique flottante originaire de l’Eurasie. Il s’agit d’une plante annuelle.

Elle peut pousser dans plusieurs types d’habitats d’eau douce, dont les lacs, les marais et les chenaux. Elle peut aussi être présente dans des eaux légèrement saumâtres. Elle aime les eaux calmes, riches en nutriments et peu profondes (moins de 5 mètres de profondeur). Elle préfère également les sédiments riches en matière organique, mais elle peut s’accommoder d’autres types de substrats.

La châtaigne d’eau est une espèce exotique envahissante particulièrement nuisible à la biodiversité et au fonctionnement des plans d’eau. Cette plante flottante prolifère rapidement et peut former de vastes tapis flottants denses, laissant peu d’espace aux plantes indigènes. Elle intercepte la lumière, ce qui nuit aux espèces submergées et diminue la concentration d’oxygène dans l’eau, notamment via la décomposition de sa biomasse. De plus, les colonies denses de châtaigne d’eau peuvent entraver la pratique d’activités telles que la navigation et la pêche.

La châtaigne d’eau fait actuellement l’objet d’efforts de lutte visant à l’éliminer au Québec et dans les provinces et États voisins.

Tapis flottants denses formés par la châtaigne d’eau.
Source : MELCC

Retour en haut

Répartition

C’est en 1998 que la châtaigne d’eau a été observée pour la première fois au Québec dans la rivière du Sud, un affluent de la rivière Richelieu. Dès 2008, la châtaigne d’eau a été identifiée dans la rivière des Outaouais, principalement dans le lac des Deux Montagnes. Au cours des dernières années, l’espèce s’est également établie dans la rivière Saint-François, la rivière Yamaska, ainsi que dans l’étang du Village (bassin versant de la rivière L’Assomption).

Observations de châtaigne d’eau (Trapa natans) au Québec.
Observations de châtaigne d’eau (Trapa natans) au Québec.

Les colonies où aucune châtaigne d’eau n’a été observée pendant trois années consécutives sont considérées comme éradiquées et n’ont pas été incluses dans le portrait de la répartition de l’espèce.

Reconnaître la châtaigne d’eau

La châtaigne d’eau est relativement facile à identifier, notamment parce qu’aucune espèce indigène ne lui ressemble. Elle développe des rosettes à la surface de l’eau, s’empilant souvent les unes par-dessus les autres, pour former de denses tapis de végétation.

Tige

La tige présente les caractéristiques suivantes :

  • Elle mesure de 1 à 5 mètres de long;
  • La tige principale se divise au cours de l’été, produisant ainsi de nouvelles rosettes. Un seul plant peut produire jusqu’à 15 rosettes.

Système racinaire

Les racines de la châtaigne d’eau se développent à la base de la tige et fixent la plante dans les sédiments. Elles sont nombreuses et finement divisées. La châtaigne d’eau peut poursuivre sa croissance même si elle est déracinée ou si une rosette se détache de sa tige.

Feuilles

La châtaigne d’eau possède deux types de feuilles : flottantes et submergées.

Feuilles flottantes

Les feuilles flottantes présentent les caractéristiques suivantes :

  • Elles sont dentelées et triangulaires ou en forme de losange;
  • Elles mesurent de 5 à 8 centimètres de diamètre;
  • Leur face supérieure est luisante;
  • Leur face inférieure est couverte de poils souples;
  • Elles forment une rosette pouvant atteindre 30 centimètres de diamètre;
  • Elles ont des pétioles (ce qui relie la feuille à la tige) spongieux longs de 5 à 18 centimètres qui agissent comme des flotteurs.

Feuilles submergées

Les feuilles submergées ont un aspect plumeux et sont disposées en paires le long de la tige.

Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Feuilles flottantes (à gauche)
et tige avec feuilles submergées (à droite) de châtaigne d’eau.
Source : MELCC

Les fleurs

Les fleurs de la châtaigne d’eau présentent les caractéristiques suivantes :

  • Elles sont petites (environ 1 centimètre de long);
  • Elles sont situées à la base des feuilles flottantes au centre de la rosette;
  • Elles sont composées de quatre pétales blancs;
  • Elles apparaissent de juillet jusqu’en septembre.
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Rosette de châtaigne d’eau portant des fleurs.
Source : MFFP

Fruits

Le fruit de la châtaigne d’eau est une noix qui porte quatre pointes acérées. De minuscules barbillons (comme la languette pointue d'un hameçon) se trouvent à l’extrémité de chaque pointe, ce qui permet à la noix de s’accrocher à divers supports. La noix a un diamètre de 2 à 4 centimètres. Une rosette forme de 10 à 15 noix qui se détachent dès la mi-août et qui se déposent au fond de l’eau. Les noix germent le printemps suivant, ou quelques années plus tard, et forment de nouveaux plants.

Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Noix sur une rosette de châtaigne d’eau.
Source : MELCC
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Noix d’une année précédente.
Source : MELCC

Reproduction et propagation

Avec le climat tempéré froid du Québec, la châtaigne d’eau se reproduit uniquement de façon sexuée, soit par la production de noix. Un seul plant de châtaigne d’eau peut produire jusqu’à 15 rosettes et chaque rosette peut produire jusqu’à 15 noix. La croissance d’une colonie peut donc être très rapide.

Bien qu’il y ait peu ou pas de données qui documentent les moyens de propagation de la châtaigne d’eau, on soupçonne qu’elle peut le faire de différentes façons, soit :

  • par la dérive de rosettes qui se sont détachées du plant mère;
  • via le transport des noix ou des rosettes par les embarcations, les remorques et les équipements nautiques;
  • par les noix qui s’accrochent au plumage ou à la fourrure des animaux;
  • par les amateurs de jardins d’eau qui la relâchent en milieu naturel.

Retour en haut

Prévenir la propagation

Étant donné les effets nuisibles de la châtaigne d’eau sur l’environnement et parce qu’elle est difficile à éradiquer, il est important de prévenir sa propagation. Des gestes simples, mais efficaces, peuvent faire une différence pour protéger les plans d’eau du Québec :

  • Évitez de la semer, de la planter, de la multiplier ou de la transporter. Choisissez des espèces non envahissantes pour votre jardin et privilégiez des espèces indigènes.
  • Ne rejetez jamais dans la nature les restes de plantes, l’eau et les animaux de votre jardin d’eau ou de votre aquarium. Certaines espèces peuvent survivre, se propager et avoir des effets nuisibles importants et souvent irréversibles sur les écosystèmes, la biodiversité et plusieurs activités socioéconomiques.
  • Évitez de naviguer dans les herbiers de plantes aquatiques afin de ne pas contribuer à propager la châtaigne d’eau ou d’autres espèces
  • Inspectez et nettoyez toute embarcation ou tout équipement ayant été en contact avec l’eau lors de déplacements d’un plan d’eau à un autre. Suivez les bonnes pratiques à adopter en milieu aquatique.
  • Apprenez à la reconnaître et signalez sa présence à l’aide de l’outil Sentinelle.
  • Effectuez une patrouille de détection, sur le plan d’eau et répétez-la de façon régulière. Pour faciliter la détection rapide des plantes aquatiques exotiques envahissantes, différents outils sont disponibles.

Retour en haut

Méthodes de lutte

Lorsque vous détectez des plants ou une colonie de châtaigne d’eau, vous devez intervenir rapidement afin de limiter leur propagation et de les éliminer. Commencez la lutte dès l’apparition de nouvelles colonies.

Bien que la châtaigne d’eau soit une plante annuelle, les noix qu’elle produit peuvent rester en dormance et survivre plusieurs années dans les sédiments. Vous devez donc poursuivre les activités de lutte et de détection sur plusieurs années.

L’arrachage manuel des rosettes est la principale méthode de lutte. Le travail doit se faire avant la maturation des noix, qui commence vers la mi-août. Cette méthode de contrôle est efficace, mais elle exige des efforts importants, notamment lorsque la biomasse est importante. La recherche de colonies et de plants isolés dans des secteurs difficiles d’accès et/ou cachés dans la végétation émergente nécessite également des efforts importants.

Lorsque la biomasse à retirer est très importante, l’arrachage mécanisé et le faucardage (coupe) peuvent être pertinents.

Les interventions en milieux humides et dans la rive ou le littoral des lacs et cours d’eau peuvent requérir des autorisations environnementales. Consultez votre municipalité et le bureau du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques de votre région avant d’intervenir dans ces milieux.

Retour en haut

À consulter aussi


Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile