Aller au contenu
 
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section ministère

Communiqué de presse

Le Québec lance la Déclaration de Glasgow sur la tarification du carbone dans les Amériques afin de renforcer la collaboration entre gouvernement

Glasgow, le 8 novembre 2021. – Aujourd’hui à Glasgow, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette, de même que le ministre chilien de l’Énergie, M. Juan Carlos Jobet, ont invité les gouvernements des quatre coins des Amériques à souscrire à la Déclaration de Glasgow sur la tarification carbone dans les Amériques, une initiative de la plateforme Carbon Pricing in the Americas que coprésident le Québec et le Chili.  
 
Les gouvernements nationaux et infranationaux qui participent à cette initiative déclarent leur appui à l’Accord de Paris sur le climat et s’engagent à poursuivre la mise en place d’instruments de tarification du carbone comme outils économiques efficaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ils s’engagent également à renforcer leur collaboration et à partager leur expertise en matière de tarification du carbone, tout en s’efforçant d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050 dans une perspective de transition juste et de relance économique verte.
 
Le ministre Charette a fait l’annonce de cette nouvelle déclaration dans le cadre d’un événement tenu en marge de la 26e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CdP-26). Le ministre de l’Énergie du Chili, M. Juan Carlos Jobet, a prononcé une allocution par vidéo et des représentants de gouvernements nationaux et infranationaux des Amériques sont aussi intervenus lors de cet évènement, dont des représentants des gouvernements du Panama, de la Colombie-Britannique et des États de Jalisco et du Yucatán. Les participants ont présenté leurs politiques de tarification du carbone et ont souligné l’importance de poursuivre la coopération régionale en cette matière.
 
Citations :
 
« Au moment où les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat sonnent l’alerte rouge, il est essentiel de renforcer nos engagements et notre collaboration avec d’autres gouvernements. Le Québec est fier de participer à cette initiative et entend mettre de l’avant son expertise et ses meilleures pratiques en matière de tarification du carbone afin de faire avancer concrètement la lutte contre les changements climatiques partout dans les Amériques. Un nombre croissant de gouvernements envisagent de mettre en œuvre la tarification du carbone, comprenant qu’il s’agit d’un moyen efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et limiter les impacts négatifs des changements climatiques. J’invite tous les gouvernements nationaux et infranationaux des Amériques à souscrire à la déclaration de Glasgow afin d’affirmer leur conviction quant à l'importance de la tarification du carbone pour réussir dans cette entreprise. »
 
Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval
 
« La déclaration de Glasgow appelle à une action concrète pour lutter contre les changements climatiques dans les Amériques et ailleurs. Elle fait de l’augmentation du prix du carbone le pivot des changements requis par l’accord de Paris. Compte tenu de la gravité du problème, il faut de toute urgence réduire massivement les émissions et, à cet égard, cette décennie qui commence est cruciale. »
 
Juan Carlos Jobet, ministre de l’Énergie du Chili
 
Faits saillants : 
  • La plateforme CPA a été fondée en 2018 dans la foulée du lancement, l’année précédente, de la Déclaration de Paris sur la tarification carbone dans les Amériques. L’Alberta, la Colombie-Britannique, le Canada, la Californie, la Colombie, le Costa Rica, le Mexique, la Nouvelle-Écosse, l'Ontario, de même que les États de l'Oregon, de Sonora et de Washington, y avaient alors souscrit. Le mandat du Québec à la coprésidence a débuté en 2020 et il est d’une durée de deux ans.
     
  • Le Québec participe activement à plusieurs autres partenariats faisant la promotion des marchés du carbone comme outils efficaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, il est membre de l’International Carbon Action Partnership (ICAP) et de la Carbon Pricing Leadership Coalition. Il est également partenaire technique du Partnership for Market Implementation (PMI) de la Banque mondiale et il collabore, entre autres, avec l’International Emissions Trading Association (IETA).
     
  • Le Québec est aussi bien impliqué dans le développement de la tarification du carbone dans les Amériques. Son marché du carbone est lié à celui de la Californie depuis 2014. Le Québec a aussi signé une entente de collaboration avec le Mexique en 2015 et une autre avec le Chili en 2019, dans le cadre desquelles il participe à des rencontres régulières portant sur les marchés du carbone et les politiques de lutte contre les changements climatiques. 
Lien connexe :   
- 30 -

SOURCE :

Rosalie Tremblay-Cloutier
Attachée de presse
Cabinet du ministre
de l'Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques,
ministre responsable
de la Lutte contre le racisme
et ministre responsable de la région de Laval
Tél. : 438 777-3777

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère de l’Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile