Ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatique Bandeau du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatique
Accueil Plan du site Pour nous joindre Québec.ca A propos du site Recherche English

Application de la méthode ECSOTE

Échantillonnage intégré pour la mesure des BPC, des HAP, des dioxines et des furanes dans l’eau des rivières Richelieu et Yamaska 2001-2003

Résumé

Depuis quelques années, le Ministère travaille à concevoir un appareil permettant l’échantillonnage et la concentration in situ des substances organiques toxiques dans l’eau de surface (ECSOTE) selon un échantillonnage intégré sur de longues périodes (14 jours). Cet appareil appelé ECSOTE est basé sur le principe de l’extraction liquide-liquide en continu au moyen d’un solvant, le dichlorométhane. Le processus se fait de manière automatisée. L’échantillonnage de l’eau est réalisé in situ aux usines de traitement d’eau à partir du tuyau d’amenée de l’eau brute.

L’ECSOTE a été mis à l’essai à l’usine de traitement d’eau de la ville de Saint-Hyacinthe, qui tire son eau de la rivière Yamaska, et à l’usine de traitement d’eau de la ville de Tracy qui tire son eau de la rivière Richelieu.

Les résultats montrent que dans les rivières Yamaska et Richelieu, les concentrations moyennes de BPC (551 et 461 pg/l), de dioxines et furanes chlorés en équivalents toxiques à la 2,3,7,8‑TCDD (0,140 et 0,149 pg/l) excèdent les critères pour la protection de la faune terrestre piscivore; ceux‑ci sont de 120 pg/l pour les BPC et de 0,003 pg/l pour les dioxines et furanes chlorés. Quant aux HAP du groupe 1, ayant un potentiel cancérigène, les concentrations moyennes atteignent respectivement 9,65 et 7,19 ng/l et excèdent le critère de qualité de 4,4 ng/l pour la prévention de la contamination de l’eau et des organismes aquatiques.

Pour la rivière Yamaska, les concentrations moyennes ajustées des BPC et des HAP totaux auraient décru respectivement de 43 % et 29 % entre les périodes 1997-2001 et 2001‑2003, alors que celles des HAP du groupe I (ayant un potentiel cancérigène) et des dioxines et furanes chlorés n’auraient pas varié.

Pour la période 2001-2003, les flux massiques dans la rivière Yamaska ont été estimés à 1,24 kg/an pour les BPC, 96 kg/an pour les HAP totaux, 31 kg/an pour les HAP du groupe 1 (ayant un potentiel cancérigène), 0,08 kg/an pour les dioxines et furanes totaux et 0,0004 kg/an en équivalents toxiques à la 2,3,7,8-TCDD.


Référence : Laliberté, D. et N. Mercier, 2006. Application de la méthode ECSOTE : l’échantillonnage intégré pour la mesure des BPC, des HAP, des dioxines et des furanes dans l’eau des rivières Richelieu et Yamaska 2001-2003, Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du suivi de l’état de l’environnement, ISBN-13 : 978-2-550-47774-7 (PDF), ISBN-10 : 2-550-47774-X (PDF), 38 p. et 18 annexes.

Rapport, format PDF, 2 Mo


* Vous devez disposer d'Acrobat Reader pour visionner les documents PDF.

Évaluez cette page

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020