Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Juin 2020 : Sécheresse record par endroit dans l'extrême sud du Québec pour la séquence mai-juin

La séquence mai-juin la plus sèche des 67 dernières années, avec 109 mm de pluie en deux mois, soit 44 % de moins que la normale, et la chaleur d’une deuxième canicule majeure en 18 jours avant même le solstice d’été, ont laissé un sol sec propice aux feux de forêt au sud du Québec. En fait, un peu plus de la moitié du faible total de pluie de juin (56 % de la normale) est tombée lors des dix derniers jours du mois. Le sol était ainsi très sec lorsque s’est déclenché le plus important feu de forêt des 10 dernières années, au nord du Lac-Saint-Jean, la pluie de la fin juin ne réussissant qu’à freiner tardivement sa progression. Le risque de feu élevé a aussi annulé les traditionnels feux de joie et d’artifice de la Saint-Jean-Baptiste, alors que la sécheresse a restreint, en pleine canicule, l’utilisation de l’eau dans plusieurs municipalités. Un total de pluie aussi bas ou plus bas en mai-juin avait été observé en 1919 (107 mm), 1920 (77 mm), 1921 (84 mm), 1932 (109 mm), 1938 (108 mm) et 1953 (100 mm), mais ne l’avait plus été depuis cette date à l’échelle du sud du Québec. C’était toutefois du jamais vu en près ou en plus de 100 ans à Gatineau, Saint-Jérôme, Sorel et Québec, de même que sur la pointe de la Gaspésie.

Juin 2020 en chiffres
1re  séquence mai-juin (35,5 mm) et mois de juin (13,6 mm) les plus secs en plus de 107 ans à Sorel-Tracy
1re  séquence mai-juin (51,3 mm) et mois de juin (29,3 mm) les plus secs en plus de 88 ans à Saint-Jérôme
1re  séquence mai-juin (60,6 mm) et 2e mois de juin (28,4 mm) les plus secs en plus de 93 ans à Gatineau (Chelsea)
1re  séquence mai-juin la plus sèche en plus de 150 ans dans la région de Québec (Charny), avec 67,9 mm
1re  séquence mai-juin la plus sèche en plus de 107 ans dans la région de Gaspé (Cap-des-Rosiers), avec 59,8 mm
56  % du total de pluie normal en juin au sud du Québec, avec 63 mm
7  jours de canicule sur une bonne partie du sud du Québec, du 17 au 24 mai
0,9  °C sous le record absolu de chaleur au Québec en plus de 150 ans, avec 39,1 °C à Rivière-Pentecôte le 18
0,9  °C d’anomalie de température moyenne au sud (0,7 °C au Québec)
3,8  °C d’anomalie de température moyenne au sud (3,3 °C au Québec) dans la deuxième moitié de juin

Gatineau (Chelsea) a connu sa séquence mai-juin la plus sèche en 93 ans d’observations, avec 60,6 mm de pluie, soit 7,7 mm de moins qu’en 1965, à la suite de son deuxième mois de juin le plus sec, avec 28,4 mm de pluie, soit 14,4 mm de plus qu’en 1991. À Saint-Jérôme (Laurentides), le total de pluie observé en mai (22,0 mm) et en juin (29,3 mm) a été le plus faible en 88 ans. Sorel-Tracy, en Montérégie, a été le point le plus sec du Québec, avec 13,6 mm de pluie, soit moins de la moitié du minimum record local précédent établi en juin 1964 (27,9 mm). En 107 ans d’observations au même endroit, les pluies combinées de mai et juin (35,5 mm) totalisaient 14,4 mm de moins qu’en 1920. Dans la communauté métropolitaine de Québec, le total de 67 mm enregistré pour mai et juin à Lévis (Charny), soit respectivement 0,2 mm et 5,7 mm de moins qu’en 1921 et 1871 à Québec, a été le plus bas observé en 150 ans dans la région, alors que le total de Québec–Saint-Sauveur (75,3 mm) en était tout près, au 4e rang. En Gaspésie, la séquence mai-juin la plus sèche en 105 ans d’observations a été enregistrée à Cap-des-Rosiers, porte d’entrée du parc national de Forillon (59,8 mm, soit 1,0 mm de moins qu’en 1935) et en 94 ans d’observations à Port-Daniel (66,4 mm, soit 34,0 mm de moins qu’en 1995). Mai et juin ont ainsi apporté 56 % du total normal moyen de pluie au sud du Québec et autour de 30 % à Gatineau, sur le territoire de Montréal, à Québec et à la pointe de la Gaspésie. Pour ces deux derniers mois, le déficit moyen est ainsi de 82 mm au sud du Québec, mais atteint 140 mm dans les secteurs les plus touchés. Pour ajouter à ces extrêmes, deux tornades ont été confirmées au Québec en juin.

Le 18 juin, le maximum de 39,1 °C, atteint à Rivière-Pentecôte sur la Côte-Nord, s’est arrêté à 0,9 °C du record absolu de chaleur (40 °C) observé au Québec, enregistré pour la dernière fois le 20 juillet 1977 à Sheenboro en Outaouais. Il se trouve parmi les 20 plus chauds maximums quotidiens de nos archives climatiques. Le maximum moyen était alors de 31,7 °C au sud du Québec, soit le plus élevé en 18 ans (31,8 °C, le 2 juillet 2002). Il a été observé lors de la canicule du 17 au 24 juin, laquelle a touché une plus large portion du sud du Québec, a duré plus longtemps et a été plus chaude que celle de juin-juillet 2018, battant près de 500 records quotidiens et 18 records absolus de chaleur pour ce mois. Pour en savoir davantage sur cette canicule de juin, qui est survenue 18 jours seulement après la canicule hâtive de mai, consultez l’analyse complète qui lui est consacrée. Ces deux canicules ont été entrecoupées de fraîcheur, la première moitié de juin étant sous la normale par 2,2 °C au sud du Québec et par 2,0 °C à l’échelle de la province, avant 15 jours consécutifs plus chauds que la normale, par 3,8 °C au sud et par 3,3 °C au Québec. L’anomalie moyenne en juin a ainsi été de 0,9 °C au sud et de 0,7 °C au Québec.

Chronologie des événements

Le 1er juin est la journée la plus fraîche du mois, avec une température moyenne de 5,7 °C au sud du Québec et de 3,4 °C à l’échelle de la province. Le minimum moyen descend même sous le point de congélation durant la nuit, à -0,1 °C au sud et -1,2 °C au Québec. Treize (13) des 15 premiers jours de juin sont d’ailleurs sous la normale au sud, et 14 sur 15 au Québec, pour une anomalie moyenne de température de -2,2 °C au sud et de -2,0 °C au Québec, dans la première moitié du mois.

Les 5 et 6 juin, des orages localisés laissent de 10 à 20 mm de pluie dans plusieurs régions du sud du Québec. De la grêle est observée en Mauricie. Le 5 est la seule journée des 10 premières de juin où la température est au-dessus de la normale, mais elle l’est significativement par endroits. En effet, cette journée est la plus chaude enregistrée à 17 points d’observation dans l’extrême sud du Québec. Le contraste entre masses d’air froid et chaud est à l’origine des orages reçus.

Les 10 et 11 juin, de 10 à 30 mm de pluie tombent sur la plupart des régions du sud du Québec. Le maximum de pluie couvre le bassin versant de la rivière des Outaouais. Le tonnerre gronde dans les régions du Témiscamingue, du Saguenay—Lac-Saint-Jean, de la Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent. Ces orages sont causés par le bref passage d’une masse d’air chaud qui fait du 11 la deuxième de deux journées au-dessus de la normale de température au sud du Québec dans la première moitié de juin.

Le 13 juin est la journée la plus anormalement fraîche de juin, avec une anomalie moyenne de -5,8 °C au sud et de -4,2 °C au Québec, pour des températures moyennes de 8,3 °C au sud et de 6,6 °C au Québec. Du 13 au 20, pratiquement aucune pluie ne tombe sur le Lac-Saint-Jean et sur le territoire situé au sud.

Du 17 au 23 juin, et jusqu’au 24 en Gaspésie, une deuxième canicule sévit au sud du Québec, avant même le solstice d’été. Pour davantage de détails, on peut consulter l’analyse détaillée de cette canicule. Les températures sont en fait au-dessus de la normale sans interruption du 16 au 30, pour une anomalie moyenne de 3,8 °C au sud et de 3,3 °C au Québec, et près de 500 records quotidiens de chaleur sont battus. Le 18, le maximum moyen est de 31,7 °C au sud du Québec. C’est non seulement la journée la plus chaude et la plus anormalement chaude de ce mois au sud, avec une température moyenne de 23,5 °C, soit 6,6 °C de plus que la normale. En fait, il faut remonter six ans en arrière pour trouver une chaleur égale (le 30 juin 2014) et il y a 15 ans pour trouver une journée plus chaude (24,2 °C, le 18 juillet 2005).

Le 21 juin, des orages laissent de 15 à 20 mm de pluie au sud de l’Estrie et de la Chaudière-Appalaches, où une occurrence de grêle et des vents violents sont rapportés. Le 22, le même scénario se répète en Outaouais, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et au Bas-Saint-Laurent.

Les 23 et 24 juin, la pluie arrive trop tard, et les feux de joie de la Saint-Jean-Baptiste sont interdits dans la majorité des régions. Les feux que l’on a l’occasion de voir lors de la fête nationale sont ceux occasionnés de la foudre, qui s’abat sur la plupart des régions du sud. Une tornade est aussi confirmée au Lac-Saint-Jean. Il tombe entre 10 et 40 mm de pluie lors de ces journées sur l’ensemble du sud du Québec et jusqu’à 65 mm dans les montagnes de la Gaspésie, alors que 10 à 25 mm de pluie s’abattent sur le secteur de l’important feu de forêt qui fait rage au nord du Lac-Saint-Jean.

Du 25 au 28 juin, un nouveau système orageux en provenance de l’ouest laisse 14 mm de pluie en moyenne sur l’ensemble du sud du Québec. Localement, 50 mm sont mesurés en Outaouais et 102 mm dans la portion nord de la réserve faunique des Laurentides, où jusqu’à 77,4 mm de pluie tombent dans la seule journée du 28. Le 29, le sud de l’Estrie reçoit 20 mm de pluie et Saint-Sébastien est frappé par la deuxième tornade de l’été au Québec.

Le 30 juin est la journée la plus chaude et la plus anormalement chaude de ce mois à l’échelle du Québec, avec une température moyenne de 19,1 °C, soit 5,7 °C de plus que la normale, mais le 18 conserve ces titres au sud.

2020 : une première moitié d’année plus chaude et sèche que la normale de 1981-2010

Maintenant à mi-chemin, 2020 a jusqu’à présent été plus chaude que la normale de 1981-2010 par des marges de 0,8 °C au sud et de 0,6 °C au nord, pour une anomalie moyenne de 0,7 °C à l’échelle du Québec. L’anomalie dépasse toutefois 1,0 °C localement dans la plupart des régions du sud du Québec et approche ou atteint 2,0 °C par endroits au Témiscamingue, en Outaouais, dans Bellechasse et en Gaspésie.

Le sud de la province a reçu un peu plus de neige que la normale (172 cm, +17 cm) mais seulement 69 % de la pluie (180 mm, -83 mm) normalement attendue, de janvier à juin.

 

Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec
Juin 2019 Moyenne Anomalie
(réf. 1981-2010)
Classification
(réf. 1981-2010)
Température maximale (°C) 17,2 0,7 Normal
Température moyenne (°C) 11,6 0,7 Chaud
Température minimale (°C) 5,9 0,9 Chaud


Mois précédent               Mois suivant  

Évaluez cette page

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.